Expositions

Exposition de Marcel Giraud du 1er septembre au 15 octobre 2017

Nous avons le plaisir d’accueillir une sélection de pièces de Marcel Giraud dès le 1er septembre au 59 rue Clément Delpierre, 1310 La Hulpe.

 

Le rhinocéros

Grande bête n°1 vendu

Grosse bête n°2

Grosse bête n°3 vendu

Menorah

Chien vendu

Poisson vendu

Chouette vendu

Le banc vendu

 

Hypocampe

 

Buffle vendu

3 chouettes vendu

Bébé chouette vendu

Plat rectangulaire vendu

Plat ovale vendu

Plat

Le bouclier vendu

La femme et l’enfant vendu

Bête à cornes n°1

Bête à cornes n°2

Bête à cornes n°3 vendu

Bête à cornes n°4

Bête à cornes n°5 vendu

Bête à cornes n°6

Bête à cornes n°7

Bête à cornes n°8 vendu

Bête à cornes n°9

Le poisson bouclier

 

Biographie de Marcel Giraud

 Né à Vallauris dans la maison familiale du quartier des mauruches, il grandit dans cette campagne au beau milieu des potiers, magiciens de l’argile, qui le fascinaient.

C’est pour cette raison qu’il quitte l’école pour un dur apprentissage de tourneur, dans les ateliers de Blaise Rubino.

Pendant ces quatre années, avec acharnement, il du se battre avec le tour à; pied pour acquérir la maîtrise de la glaise. Le désir de connaissance l’oriente ensuite vers les cuissons au feu de bois (tradition Vallaurienne de l’époque).

Pendant deux ans, il s’adonne à la construction de ces fours ancestraux, en tant que fumiste, dans l’atelier TIOLA. Connaissant les techniques de la glaise, il découvre l’alchimie du feu. Pour confirmer ses qualités de tourneur, il loue ses services dans différents ateliers de Vallauris.

Marcel Giraud ouvre son premier atelier rue François Donnet, et là pendant 15 ans il s’affirme dans ce métier. La poterie culinaire est dans le vent.Sa vie de potier roulait bon train, cependant l’espace lui manquait.

Il décide de regagner la maison familiale du quartier des mauruches, berceau de sa création.
Pendant ce temps, au travers la peinture, qui depuis l’enfance ne l’a jamais quitté, il découvre la sculpture sur pierre et sur métal, qui lui apporte un nouvel éclairage.

L’inspiration le gagne et il revient à la glaise, les oxydes et le feu, pour enfin redécouvrir le mariage des fayences et mosaïques